Rapport « Moins d’avions, plus d’emplois »

Un an après sa création, et juste avant les Assises de l’Aviation qui on lieu en septembre 2021, le collectif PAD (Pensons l’Aéronautique pour Demain), dont fait partie le collectif ICARE, publie ce mardi 31 Août son premier rapport. Celui-ci propose de tirer parti de la crise covid-19 et des plans de relance pour construire la région Occitanie de demain, en diversifiant son économie et en créant un modèle de société propice au progrès social.

Salariés de l’aéronautique travaillant dans l’agriculture à temps partiel, création d’un pôle régional du ferroviaire, valorisation des déchets de l’aéronautique, création d’une université de la transition écologique et des nouvelles sociétés, entre autres propositions…les recommandations du collectif PAD (Pensons l’Aéronautique pour Demain) dans son rapport « moins d’avions / plus d’emplois : recommandations pour une transformation en une région écologiste, égalitaire, épanouie » se veulent en rupture avec les lignes stratégiques à l’œuvre sur nos territoires.

Si le rapport s’attache à trouver des solutions pour la région Occitanie, il pourra servir à d’autres territoires qui sont également impactés par la crise aéronautique et qui mènent des réflexions sur un avenir différent , comme les régions Ile de France, Centre Val de Loire, Nouvelle-Aquitaine ou encore PACA…

Pour télécharger le rapport du PAD cliquez sur le lien ci-dessous:

Cliquer sur l’image pour Télécharger

Un rapport du PAD, pourquoi ?

La région Occitanie, très dépendante du secteur aéronautique, semble dans une impasse : comment sortir de la crise actuelle (perte de plus de 8 000 emplois dans le secteur aérospatial entre Janvier 2020 et Mars 2021) tout en diminuant fortement et rapidement l’impact des produits de son industrie, c’est-à-dire les avions, sur le climat ?

La relance du secteur aérien sur un modèle pré-Covid-19, qui permettrait une reprise de la croissance du trafic, garantirait le retour d’au moins une partie des emplois perdus chez Airbus et ses sous-traitants. Mais cette éventualité est incompatible avec les besoins court-terme de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES). Le concept d’« avion vert », censé décarboner l’avion par utilisation de technologies comme l’hydrogène ou les biocarburants, est plébiscité par IATA et les grand groupes de l’aéronautique, mais ne sera pas prêt avant 2035 et n’aura pas d’effet significatif sur la baisse des émissions de GES avant des décennies.

L’urgence est pourtant là, comme le rappelle le premier volet du sixième rapport du GIEC publié le 9 Août 2021 qui confirme que le changement climatique actuel est « sans précédent », et que les activités humaines sont « sans équivoque » à l’origine du réchauffement. Tous les secteurs doivent réduire leurs émissions de GES, y compris le secteur aérien. Le collectif PAD considère que l’aérien doit faire sa part de l’effort dès à présent, et que la baisse du trafic aérien est nécessaire. Comment, alors, faire repartir l’emploi en Occitanie, région de la mono-industrie aéronautique ?

Les recommandations

Fruit de presque une année de travail, le rapport, écrit par six membres du collectif PAD, fournit un ensemble global (c’est-à-dire ne traitant pas uniquement du secteur aéronautique) et cohérent de recommandations destinées aux décideurs : gouvernement Français, région Occitanie, OACI, DGAC…

Les recommandations sont découpées en quatre thématiques :

THÉMATIQUE 1 : Repenser le contexte (lois, règles) dans lequel évolue le secteur

THÉMATIQUE 2 : Contraindre le trafic aérien

THÉMATIQUE 3 : Organiser la transformation long terme du territoire régional

THÉMATIQUE 4 : Initier la diversification et la reconversion du territoire sur le court-terme

Un mot sur le PAD

Né à Toulouse à la fin de l’été 2020, au sortir de la première vague de l’épidémie Covid-19, le collectif PAD rassemble une diversité d’acteurs voulant s’investir dans les débats sur les grands enjeux du secteur aéronautique : des collectifs de salariés, de chercheurs, d’étudiants, des associations de riverains d’aéroport, des syndicats et des ONG. Tous s’entendent sur la nécessité d’un progrès avec plus de justice environnementale et sociale dans le contexte actuel :

  • Département de la Haute-Garonne durement touché par la crise : perte de 10000 emplois en 2020 dont 4900 dans le secteur aéronautique (hors intérim), selon l’INSEE
  • Publication du premier volet du sixième rapport du GIEC en Août 2021 qui confirme que le changement climatique actuel est « sans précédent », et que les activités humaines sont « sans équivoque », à l’origine du réchauffement. Tous les secteurs doivent réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, y compris le secteur aérien. Le collectif PAD considère que l’aéronautique doit faire sa part de l’effort dès à présent, et que la baisse du trafic aérien est nécessaire.

Le PAD est composé de l’association Les Ateliers ICARE, AMD Toulouse, l’ATECOPOL, la Coordination CGT de l’aéronautique, l’EAS (Étudiants pour une Aéronautique Soutenable), le CCNAAT, Collectif des riverains d’ATB, ATTAC Toulouse, l’UPT, le Manifeste pour l’Industrie, la Fondation COPERNIC, le Collectif « Non au T4 ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :